LEGENDE POKEMON, LE SITE MYTHOLOGIQUE

LEGENDE POKEMON, LE SITE MYTHOLOGIQUE

436 437 Archéomire et Archéodong: une merveilleuse et antique histoire japonnaise

Archéomire le pokemon miroir de bronze et Archéodong, le Pokémon cloche en bronze.



 leurs conceptions ne semblent pas prendre beaucoup de sens, et il est difficile de voir comment ils sont encore liés les uns aux autres. Bronzong est clairement une grosse cloche,alors que l'autre est un miroir et de bronze , en particulier - qui ont été fabriqués en Chine à partir de 2000 avant JC, et était fabriqués au Japon dans les année 300. C'est seulement dans les quelques dernières centaines d'années que les miroirs en verre sont devenus monnaie courante.




 Donc, nous avons un miroir de bronze et une cloche de bronze. En plus d'être faite du même métal, qu'est-ce qu'ils ont en commun?  Pas grand-chose, vraiment, à moins que vous soyez familiarisé avec une légende japonaise qui est surtout connu par le titre d'un miroir et une cloche. Il apparaît dans une célèbre collection d'histoires intitulé Kwaidan ou Histoires et études de choses étranges .  Ce livre a été publié en 1904 et a été compilé par Lafcadio Hearn , un journaliste irlandais qui est devenu un citoyen japonais.  Hearn a produit de nombreux récits de la culture japonaise et de la mythologie qui a servi à introduire à l'Occident un peuple qui, à l'époque, encore dû paraître très exotique et familier.

 L'histoire qui nous intéresse commence des centaines d'années avant, en Mugenyama dans la province Totomi .Là, les prêtres voulaient une nouvelle cloche pour leur temple, et ont demandé que les femmes locales de doner des miroirs de bronze ancien qui pourrait être fondu et coulé dans une cloche. L'un des miroirs venait de l'épouse d'un fermier.

Après un certain temps, cependant, la femme a commencé à regretter d'avoir donner son miroir, qui avait été dans sa famille depuis de nombreuses années.  Un vieux proverbe dit que le miroir a été l'âme d'une femme, et elle a commencé à craindre qu'en ayant donné son miroir précieux, elle avait aussi cédé son âme.  Elle n'avait pas l'argent pour racheter le miroir  et chaque fois qu'elle se rendait au temple, elle pouvait le voir au beau milieu des tas d'autres.  Elle avait envie de le voler en arrière, mais la possibilité n'est jamais présentée.

Finalement, tous les miroirs ont été envoyés à la fonderie pour y être fondu.  Mystérieusement, l'un des miroirs ne pouvait pas fondre: un signe que celui qui en avait fait don ne pouvait pas  y renoncer.  puisque l'offrande avait pas été donné avec tout son cœur, le miroir  restait attaché à elle, resté froid  par son désir égoïste. Quand il a été découvert à qui appartenait le miroir, la femme ne pouvait supporter la honte, et s'est noyée.  Mais avant de mourir, elle a laissé une lettre indiquant que, une fois qu'elle serait morte, le miroir pourrait être fondu et utilisé pour la cloche mais que toute personne qui serra assez forte pour briser briser la cloche  sera récompensé et couvert richesses par son fantôme.

Les habitants ont pris cette promesse tout à fait au sérieux, car les dernières volontés de quiconque meurt en colère sont soupçonnés de détenir un pouvoir mystique.  Ainsi, la possibilité de briser la cloche et de devenir riches semblait bien réel.  Une fois la cloche nouvellement faite, elle a été suspendu dans le temple, les gens se pressaient pour frapper aussi fort qu'ils le pouvaient jour après jour. Cela s'est avéré extrêmement gênant pour les prêtres, qui avaient à supporter la sonnerie quasi-constante de leur cloche.  fatigués du bruit constant, les prêtres ont pris la cloche et l'on roulé sur une colline,pour la jeter dans un marais profond. La cloche a coulé en, ne futbjamais revu ...  et la femme, au-delà de la tombe, avait réussi à détruire la cloche qui avait causé tant de misère.
Cette légende de la cloche en bronze, ou Dōtaku date du 3ème siècle après JC.
 Bien que l'histoire se termine ici, et nous pouvons voir clairement la relation entre le miroir et la cloche qui a donné lieu à Bronzor et Bronzong
curieusement, cette légende a engendré d'autres légendes. Un concept puissant dans le folklore japonais que sont les nazoraeru (準える), ou la substitution.
UNE personne moyenne ne pourraient se permettre de construire un temple , mais simplement en déposant un caillou devant une image de Bouddha, avec le même degré de dévouement que si vous aviez les moyens, vous en auriez autant merrite que si vous en aviez construit un:
si vous n'avez pas les moyens de faire quelque chose, vous pouvez faire autre chose avec les mêmes sentiments, et en récolter les mêmesles fruits .

L'histoire de la cloche de Mugen ou Mugen-Kane (无间钟),a enflammé l'imagination du public et Bien que la cloche a été perdu, et avec elle la moindre chance de récolter la récompense, cela n'a pas empêché des individus imaginatifs de  remplacer  la cloche et de la casser, dans l'espoir d'être récompensé. Bien que cela puisse sonner comme un acte absurde désespérée de la cupidité, il convient de souligner que, dans de nombreuses versions de la légende, la récompense financière est venu au coût de l'âme de la personne: ils gagneraient richesses dans la vie grâce a la force d'une partie sombre de l'enfer plus forte que la mort. Ainsi, l'acte de re-créer, puis briser la cloche de Mugen a pris une qualité de sacrifice, encourrageant les parents ou les conjoints de faire une telle chose, donner de l'argent à leurs proches, en sacrifiant leur bonheur futur, afin d'aider les qu'ils aimaient.

Une histoire célèbre concerne l'amant de Umegae, de la période Heian, le samurai Kajiwara Kagesue .  Kajiwara avait apparemment dépenssé tout son argent pour Umegae, et a dû mettre en gage son armure, ce qui est devenue problématique quand il a  été appelé aux armes.  Afin de refaire  l'armure de retour, Umegae a pris un bassin de bronze et l'a battu jusqu'à ce qu'il se rompe, tout en criant pour trois cents pièces d'or.Un client de l'auberge où ils logeaient entendu le vacarme et, après avoir appris son sort,  lui a donné l'argent pour lequel elle avait tant crié pour.  Ainsi, le bassin de Umegae devient tout autant une légende que la cloche de Mugen qui l'avait inspiré.
 Hearn nous parle d'une chanson sur le bassin Umegae chanté par des danseuses au début du XXe siècle: «Si, par substitution, sur le lavabo de Umegae, je pourrais faire de l'argent honorable venez à moi, que je puisse le négocier pour la liberté de tous mes camarades filles. "

Les légendes japonaises semblent mélanger le tragique et le bizarre, et nous avons ici une histoire de suicide, la pauvreté et de la damnation éternelle qui implique néanmoins l'image comique de gens brisant des objets dans l'espoir d'etre récompensé par un fantôme.

Les motivations de la femme dans le mythe d'origine semble particulièrement difficile à comprendre dans une perspective moderne: abandon de quelque chose et et regret. c'est  une forme très légère d'égoïsme, et probablement pas assez pour mériter suicide causé par la honte.

Une référence à la légende dans la conception de Archéomire et Archéodong pourrait ne pas être immédiatement évidente. Les deux peuvent avoir capacité les rendant résistants au feu, tout comme le miroir qui a refusé d'être fondu.  Il ya également quelques références obliques aux mythes dans leurs entrées Pokédex.

Archéodong, est mentionné comme un porteur de bonnes récoltes, et la Dōtaku (铜铎), le type de cloche sur lesquels elle est fondée, a été utilisé afin de prier pour de bonnes récoltes dans les temps anciens. mais la meilleur reference est dans celle de Diamant : «On a fait sensation nouvelles quand il a été déterré à un chantier de construction après un an de sommeil 2000." Serait-ce Bronzong, puis, la cloche réelle de Mugen enfin récupéré du marais? Si oui, il faut faire preuve de prudence: Le prix pour vaincre peut être plus élevé que prévu, car une fois que le jeu est fini, il y aurait l'enfer à payer ...



27/06/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi