LEGENDE POKEMON, LE SITE MYTHOLOGIQUE

LEGENDE POKEMON, LE SITE MYTHOLOGIQUE

488 491 DARKRAI ET CRESSELIA LE DUO LUNAIRE

Darkrai /Cresselia/Lugia

  • Hécate/ Séléné /Diane
  • Lune noire/ Lune blanche/Croissant de lune
  • mort/ naissance/transformation
Darkrai /Cresselia
  • Nuit / lumiere
  • cauchemar/ rêves

 

Alors que Lugia tournait autour du monde pour sa première nuit en reflétant la lumière de Ho-Oh, Darkrai et Cresselia apparurent, l'un sur son ventre éclairé par Ho-Oh et l'autre sur son dos, dans l'ombre. Ces deux être s'en allèrent répandre sur le monde les rêves, bons et mauvais, et Lugia continua son voyage. 

Voyant les ravages causés par Darkrai, qui ne sont arrêtés que par Cressalia, Ho-Oh accusa Lugia de négligence, et Lugia accusa Ho-Oh d'être à l'origine de l'ombre et de la lumière sur son plumage. Une bataille terrible entre Ho-Oh et Lugia s'ensuivit, qui ne fut arrêtée que lorsqu'ils furent séparés, Ho-Oh parcourant le monde sans jamais se poser, et Lugia s'enfermant dans son palais de corail au fond des mers.

La nuit est terrifiante, et l'homme l'a, dans ses légendes, personnifiée.

deux entités se disputent la possession des rythmes de la nuit, ces Pokémon assez rares sont simplement des métaphores culturelles à des phénomènes naturels. :

Cresselia est la reine des rêves, elle représente la lumière qui fend la nuit (d'où son appellation de Pokémon lunaire) et apporte aux ténèbres l'apaisement ; 

 Darkrai, est le roi des cauchemars qui envahit la nuit des griffes des ténèbres absolues.

 

Triade Lunaire

Lugia fait partit de la Triade Lunaire, Lugia (Artémis/Diane) qui représente le croissant de lune, Darkrai (Hécate/trivia) qui représente la lune noire et Cresselia (Séléné/Luna) qui représente respectivement la pleine lune

* la Pleine Lune ou Lune Blanche (symbole de la Naissance) est incarnée par Séléné-Luna, une déèsse qui personnifie la Lune et dont la peau est d'une blancheur étincelante ; Séléné-Luna est à l'origine de la croyance très répandue qui veut que la Pleine Lune favorise les naissances. En albanais, Séléné signifie la « Lune Éclairée » (çel'hënë).


* le Croissant de Lune (symbole de la Maturité) est incarnée par Artémis-Diane, une déèsse lunaire de la chasse ; Artémis-Diane porte toujours avec elle un arc dont la forme épouse celle du Croissant de Lune ; Artémis-Diane est vénérée chez de nombreux peuples (Grecs, Romains, Illyriens...) comme une déèsse de la vie, de la fertilité et de la fécondation, et comme une protectrice des femmes enceintes et des nouveaux-nés.


* la Nouvelle Lune ou Lune Noire (symbole de la Mort) est incarnée par Hécate-Trivia, la déèsse lunaire de la magie ; Hécate porte aussi les titres de déèsse des morts, des carrefours, de l'occulte, des magiciens et des fantômes ; accompagnée de ses chiens-fantômes, la fée magicienne guide les âmes des défunts dans le monde de l'au-delà. En albanais, Hécate signifie « l'Agonie » (Heka).



le corps de Cresselia  semble etre un cygne . 

Sa tête est couverte de formes ressemblant a un croissant de lune et porte de nombreuses  couleurs aurores et des anneaux planétaires qui ressemblent aux anneaux de Saturne .

 Cresselia a les  caractéristiques  de Sarimanok un oiseau aux ailes colorées  , et qui est un 'être mythique aux Philippines. Manòk, qui compose une partie de son nom, est le mot Philippin pour le poulet.


 

Cresselia est également  basé sur  Alkonost (en russe : Алконост) qui est une créature mythologique slave que l'on trouve plus particulièrement dans les légendes russes. Elle a la tête et le buste d'une très belle femme et le corps d'un oiseau. Elle est un des oiseaux prophétiques du folklore russe avec Sirin et Gamayun. Le nom Alkonost vient du demi-dieu grec Alcyone transformé par les dieux en martin-pêcheur. Elle est aussi associée au dieu du soleil Khors.

L'Alkonost est magique. Par exemple, durant les 6 à 7 jours où elle couve ses oeufs sur la côte, la mer et le temps restent calmes et le vent faible remplace la tempête. Le chant triste et magique de sa voix est si beau et doux qu'il fait tout oublier à celui qui l'écoute (Cresselia fait oublier seulement les cauchemars, du pouvoir de ses plumes). Pour l'Église orthodoxe russe, l'Alkonost personnifie la volonté de Dieu. Elle vit au paradis, mais entre dans notre monde pour livrer un message. À la différence de Sirin, l'Alkonost n'est pas considérée comme une créature maléfique

.

Son nom est dérivé du Croissant-Rouge , se référant à une phase de la lune . Le Selia de son nom peut être dérivé de Selene , la déesse grecque de la Lune.


_________________________________________

Darkrai est une combinaison du noir et mot暗いKurai, le mot japonais pour "sombre". son nom sonne comme: "dark cry"( "cri noir".)

Il est le croque mitaines absolu; Le croque-mitaine (variante croquemitaine) est un personnage maléfique dont on parle aux enfants pour leur faire peur et ainsi les rendre plus sages.
 
Son rôle sert souvent à marquer les interdits sur des moments ou des lieux considérés comme dangereux : en premier, la nuit, traditionnellement dévolue aux démons et aux mauvais esprits. Un croque-mitaine peut se dissimuler aux abords d'un cours d'eau ou d'un étang, afin de noyer les imprudents. Dans les régions où l'hiver peut être rigoureux, un croque-mitaine (Jan del Gel, en Val d'Aran) mange le nez et les doigts de l'enfant (les parties du corps les plus exposées aux gelures). La crainte provoquée par la menace de tels personnages crée une peur qui n'a plus besoin d'être motivée : le croque-mitaine se cacherait sous le lit ou dans le placard et attendrait qu'un pied ou une main dépasse du lit pour tirer dessus, l'enfant serait alors aspiré sous le lit et disparaîtrait pour toujours.
 
Les croque-mitaines existent dans l'imaginaire de tous les pays. Leurs noms sont extrêmement variables et, sauf quelques particularités qui permettent de les identifier, leur aspect est assez mal défini, ce qui, dans une transmission orale, permet à chacun de s'imaginer un être d'autant plus effrayant : homme, femme, animal (le loup joue parfois le rôle de croque-mitaine), ou même une créature fantasmatique comme la came-cruse (camba crusa, ou camo cruso, « jambe crue ») en Gascogne, qui est une jambe nue avec un œil au genou.
 
Des personnes réelles et vivantes (âgées, au physique inquiétant, ou vivant en retrait de la communauté) endossent souvent, involontairement ou pas, la personnalité du croque-mitaine pour menacer les enfants. L'essentiel étant d'y croire. À cet égard, le croque-mitaine, supposé être une réalité pour être efficace, entre peu dans les contes de la tradition orale, qui sont en principe acceptés comme des fictions par les auditeurs, ni les légendes, considérées comme vraies mais constituées d'un récit plus ou moins précis. Le croquemitaine se situe à la lisière, les uns (les parents) ne croyant pas à sa réalité, les autres (les enfants) étant persuadés de son existence.




Inspiré par Le Fantôme de l'Opéra  en raison de son élégance et du corps noir avec un seul œil visible, et l'autre moitié de son visage blanc.





il est inspiré par les mythes anciens  arabes sur les djinns, créatures surnaturelles issues de croyances de tradition sémitique. Ils sont en général invisibles, pouvant prendre différentes formes (végétale, animale, ou anthropomorphe) ; ils ont une capacité d'influence spirituelle et mentale sur le genre humain (contrôle psychique : possession), mais ne l'utilisent pas forcément.

Selon l'islam, les djinn n'ont de pouvoirs sur l'être humain que le murmure et ne peuvent pas entrer dans le corps humain et le commander. Mais un groupe de certains savants musulmans soutiennent qu'ils ont aussi le pouvoir de posséder ceux qui sont en état de souillure (c'est-à-dire ceux qui n'ont pas fait leur ablution rituelle) ou qui consomment des aliments interdits (drogue, alcool, sang, viande non licite).

Il y a de bons et de mauvais jinns. Les mauvais sont nommés Shayāṭīn qui a donné Satan dans la chrétienté.

Ne point confondre le terme jinn (جِنّ [ʤin:]) avec le terme perse Djans (جان [ʤɛ:n]) qui signifie "l'Esprit Individuel d'un être", et qui est différent des Esprits de Groupe (روح [ru:ħ]), terme d'origine sémitique (רוח [rox]).

Pour les Arabes, les djinns représentent une autre race habitant la terre, ce sont des esprits qui habitent les endroits déserts, les points d'eau, les cimetières et les forêts. Pour se manifester, ils prennent diverses formes (métamorphe), dont celles de l'homme ou des animaux, couramment des serpents. Le mot djinn ou ʿifrīt (عِفٰرِيتْ) (pluriel : ʿafārīt) (عَفَارِيت) désigne d'ailleurs à la fois ces esprits ainsi que certaines variétés de serpents. Leurs noms, paroles ou comportements, qui demeuraient étranges, permettaient de les discerner des humains quand ils en prenaient la forme. Certains de ces esprits étaient, selon les légendes pré-islamiques, les muses des poètes : ce sont les hawāǧis (singulier : hāǧis). Comme les hommes, ils sont organisés en royaumes, États, tribus, peuples, ils ont des lois et des religions (dont celles de l'homme puisque les prophètes de tout temps sont envoyés par Dieu pour les djinns et les hommes .
En arabe classique et ancien : (جِنّي) ǧinnī (masculin) (جِنِّية) ǧinniyya (feminin), pluriel : ǧinna ou ǧinn, dans certains dialectes arabes postérieurs ǧinnī, pluriel : ǧnūn. Voir aussi goule (غُولْ).

Dans la tradition populaire des pays musulmans, on ne dit pas "avoir une mémoire d'éléphant" mais une mémoire de jinn



On succombe à Darkrai comme on succombe à la sirine et ses longues manches sont un clein d'oeil aux ailes de la Sirine .

 la Sirine (en russe : Сирин) est  une créature mythologique slave que l'on trouve plus particulièrement dans les légendes russes. Elle a la tête et le buste d'une très belle femme et le corps d'un oiseau (habituellement un hibou). Elle est un des oiseaux prophétique du folklore russe avec Alkonost et Gamayun. Conformément à la légende, elle vit dans les « terres indiennes » proche d'Eden ou autour du fleuve Euphrate.
 
Demi-oiseau, demi-femme elle doit son existence aux légendes grecques sur les sirènes. Son chant ensorcèle les gens qui en perdent la mémoire. Seul un homme heureux peut entendre ce chant. Elle chante de mélodieuses chansons aux Saints, leur prédisant des joies futures. Cependant, pour les mortels, ces oiseaux étaient dangereux. Les hommes qui les écoutaient oubliaient tout sur terre, jusqu'à boire et à manger, les suivaient et finissaient finalement par mourir. Afin de dissuader l'oiseau, les gens tentaient d'échapper à Sirin en tirant des coups de canon, en appuyant sur les sonnettes ou en faisant tout simplement du bruit. Rares sont ceux qui peuvent la voir car elle vole très vite.
 
Quelquefois Sirine est considérée comme une métaphore du mot de Dieu entrant dans l'âme de l'homme. Quelquefois elle est vue comme une métaphore tentant les faibles hérétiques. Sirine était aussi considérée comme une sirène ou l'équivalent de la Wila polonaise. Dans le folklore russe, Sirine a été associée au théologien et saint Éphrem le Syrien. Les poètes lyriques provinciaux comme Nikolay Klyuev utilisaient souvent Sirine comme synonyme de poète.

 




31/05/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi