LEGENDE POKEMON, LE SITE MYTHOLOGIQUE

LEGENDE POKEMON, LE SITE MYTHOLOGIQUE

077 078 Ponyta et Galopa: chevaux de feu et licorne mais aussi un terrible signe chinois


la licorne, le cheval de feu qui tire le soleil, ses légendes  se retrouvent dans plusieurs mythologie,

Mais on ne peut parler du cheval sans parler de l'année du cheval de feu qui revient tous les soixante ans (1846, 1906, 1966, 2026...). Ces années sont mauvaises pour les chevaux en général et pour toutes les familles qui ont un cheval dans leur maison. De bénéfique, sa présence peut devenir maléfique. Malheurs, maladies, accidents toucheront cette famille pendant cette année-là.

Hommes et femmes nés cheval de feu auront les mêmes caractéristiques que le cheval. Ces caractéristiques cependant seront plus accentuées dans le bon comme dans le mauvais sens. A la fois plus travailleur, plus habile, plus doué, plus indépendant, il sera, hélas, d'un égoïsme forcené et son tempérament passionné le poussera aux pires excès quand il sera amoureux.


D'après les statistiques, plusieurs milliers de femmes japonaises se firent avorter en 1966 malgré les interdits juridiques et éthiques en vigueur dans leur pays. Il est certain que des dizaines de milliers, sinon des centaines de milliers d'autres femmes au Japon et dans les pays d'Extrême-Orient firent usage cette année-là d'un moyen contraceptif quelconque pour empêcher la venue d'un enfant dans leur famille. La psychose était bien connue: on était persuadé qu'un enfant né en une année du Cheval de Feu apporterait à sa famille discordes, bouleversements, maladies, accidents et catastrophes.


Cette crainte est-elle pleinement justifiée ? Il est difficile de le dire. Il y a lieu pourtant de remarquer que la famille tient une place de première importance dans la société extrême-orientale. L'individualisme y est honni. La survie et la prospérité de la famille priment les intérêts personnels et les initiatives de ses membres. En d'autres termes, l'individu est fait pour la famille, non le contraire, et lui doit loyauté et conformité. Or le Cheval de Feu, vu son caractère, n'accepte en aucun cas ce carcan familial et n'hésite pas à le faire éclater s'il en a la possibilité. On comprend pourquoi ce Cheval paraît si indésirable, surtout lorsqu'il s'agit d'une femme

 


Revenons à la mythologie et au cheval, bien proche du soleil:


Dans la mythologie nordique, Le cheval de Dag, Skinfaxi, était censé tirer le char du soleil tous les jours et illuminer le ciel et la terre grâce à sa crinière brillante, tandis que celui de Nott produisait la rosée du matin en bavant de l'écume qui tombait sur la terre.

Le mythe de Skinfaxi est censé provenir de la religion des pays nordiques à l'Âge du Bronze, pour lequel il existe des preuves solides de croyances impliquant un cheval qui tire le soleil dans le ciel. Le char du Soleil, Trundholm, y est tiré par un seul cheval, et était peut-être censé être tiré vers l'arrière à travers le ciel d'ouest en est par un second cheval. Deux autres chevaux remplissent la même fonction, Arvak et Alsvid, qui forment l'équipage tirant le char unique de la déesse du soleil, Sol.

Dag (Dagr qui, en vieux norrois, signifie "jour") est le dieu du jour dans la mythologie nordique. Il est fils de Delling (dieu du crépuscule) et de Nótt (déesse de la nuit). Son cheval, Skínfaxi, le transporte à travers le ciel, le jour, pour qu'il puisse éclairer le monde et que la crinière de Skínfaxi illumine la terre et le ciel. Hrímfaxi, le cheval de Nótt, éclaire quant à lui la nuit.


Dans la mythologie germanique, Árvak et Alsvid  sont, les deux chevaux qui tirent le char de la déesse du soleil Sol à travers le ciel chaque jour. La crinière des chevaux émet la lumière du jour, et c'est la déesse qui fournit la chaleur.

un homme nommé Mundilfœri avait deux enfants, si beaux qu'il les avait nommés, l'un Máni (Lune), l'autre Sól (Soleil), qu'il avait mariée à Glen. Agacés de cette prétention, les dieux placèrent le frère et la sœur dans le ciel, où Sól conduit les chevaux Árvak et Alsvid, qui tirent le chariot du soleil, et où Mani contrôle le cours de la Lune. Sól est poursuivie par le loup Sköll, qui finira par l'attraper.

Au regard de la rareté des sources disponibles, il n'apparaît pas que le soleil ait joué un rôle central dans la mythologie nordique.


dans la mythologie grecques, La mention la plus connue des chevaux du soleil est le fait d'Ovide dans Les Métamorphoses, elle est liée au mythe de Phaéton, qui se rendit au palais du soleil Hélios, son père. Ce dernier lui accorda une grâce de son choix en jurant sur le Styx, et Phaéton lui demanda la permission de conduire son char, tiré par les chevaux du soleil. Bien qu'Hélios tente de dissuader son fils par tous les moyens, il est finalement obligé de céder à cause de son serment. Les chevaux du soleil s'aperçoivent du changement de conducteur et ne reconnaissent plus la main de leur maître, ils se détournent de leur route ordinaire, montent tantôt trop haut en laissant la terre gelée et descendent tantôt trop bas en tarissant les rivières et en brûlant les montagnes. Zeus foudroie Phaéton afin de mettre un terme aux bouleversements qu'il provoque.

Ils portent les noms de:

Lampos (éblouissant midi ou resplendissant)
Actéon (Aube rayonnante ou le lumineux)
Chronos (Le temps)
Éthion (Fougueux rouge)
Astérope (Yeux étoilés)
Bronté (Tonnerre)
Pyrois (enflammé)
Érythrée (Soleil levant ou le rouge)
Phlégon (Soleil couchant ou qui aime la Terre)
Éuos (de l'orient)
Ces chevaux vivraient parmi d'autres dans les écuries célestes. Lorsque Pégase n'est pas avec les muses ou en train de porter la foudre de Zeus, il s'y repose souvent. Éthion, Astérope, Bronté et Phlégon tirent généralement le char d'Hélios pendant que Lampos et Actéon sont attelés au chariot d'Apollon.




la licorne

La licorne, parfois nommée unicorne, est une créature légendaire généralement décrite comme proche du cheval.la
 licorne est mentionnée depuis l'Antiquité grecque, sous le nom de monocéros.
Elle devint l'animal imaginaire le plus important du Moyen Âge à la Renaissance symbole de pureté et de grâce.

On découvrit peu à peu que des cornes de licornes soit disant authentiques étaient en réalité des défenses de narval, et que les multiples descriptions qui avaient été faites de la licorne correspondaient aux déformations d'animaux comme le rhinocéros et l'antilope.
La croyance en l'existence de la licorne fut discutée jusqu'au milieu du XIXe siècle et de tous temps, la bête intéressa des théologiens, médecins, naturalistes, poètes, gens de lettres, ésotéristes, alchimistes, symbolistes et historiens.

Le Dictionnaire des symboles nous apprend qu'elle incarne à elle seule la puissance, le faste et la pureté, une pureté agissante et une sublimation miraculeuse de la vie charnelle. Sa dualité renvoie au Christ ou à la Vierge. Sa corne unique est aussi une flèche spirituelle, un rayon solaire, une épée de dieu et la révélation divine, la pénétration du divin dans la créature
 la licorne serait issue de l'ancien paganisme européen, du dieu gaulois cornu Cernunnos et de la mythologie nordique. Sa présence en Orient aurait été rare et tardive, propagée par les nouvelles voies commerciales, et les points communs avec des mythes hindous ne seraient dus qu'à de mauvaises traductions.
 Quelques références à la licorne et à sa symbolique se trouveraient dans la mythologie nordique car pendant le Ragnarök, Freyr succombe devant Surt qu'il affrontait avec une épée en bois de cerf « armé d'une seule ramure ainsi qu'un cerf à l'hallali », et la lance Gungnir (gravé des runes de la Loi) pourrait aussi être assimilée à la corne de licorne
Les créatures orientales comme le qilin chinois ne pourraient pas être à l'origine de la licorne occidentale dont la figure résulte d'un travail sur les premiers bestiaires et les textes gréco-romains, eux-mêmes probablement issus de l'observation d'animaux exotiques réels.
Les liens entre licorne européenne et licorne asiatique sont donc remis en cause car ces deux légendes auraient deux origines très différentes : les licornes asiatiques étaient fabriquées en liant par le fer et le feu les cornes de certaines chèvres angora, cette corne artificielle était donc courte et ressemblait à deux chandelles tressées, tandis que la licorne européenne blanche est une création du haut Moyen Âge, empruntant beaucoup au Physiologos et un peu aux textes gréco-romains et portant une longue corne torsadée
Intégrée à la mythologie chinoise sous le nom de Qilin, la licorne fait partie des cinq animaux sacrés associés aux éléments avec le dragon azur, l'oiseau vermillon, le tigre blanc et la tortue noire



Le qilin  (voir Arceus )est connu sous le nom de « licorne asiatique » et, dans l'art ancien, il est souvent représenté comme un reptile à queue de bœuf proche du cerf, portant deux cornes recouvertes de fourrure sur le front, parfois une seule dans les textes. Ces cornes lui permettent de séparer les justes de ceux qui ont quelque chose à se reprocher. Il représente la douceur, la bonté et la prospérité, surtout chez les enfants et les adolescents. Il vivrait mille ans et apparaitrait lors de la naissance des empereurs et des grands sages. Symbole de perspicacité, il était traditionnellement représenté dans les tribunaux chinois du système impérial sur la tenture séparant la salle d'audience et le cabinet du magistrat

Capacité spéciale
 
Fuite, qui rend plus facile la fuite face aux Pokémon sauvages, 

Torche, qui augmente la puissance de ses propres attaques de type Feu s'il est touché par une attaque de ce type.
 


 



18/10/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi